fbpx

Meriem Bouderbala

nous présente les fruits de son confinement …

Karakuz

J’ai vécu entouré d’iconoclastes et je regarde la Tunisie et je ne me reconnais en rien de ce qui a traversé  ma vie
L’inculture et les tabous se sont inscrits en références impossibles  – peur d’être confronté à son indigence d’ou amnésie des références
Karakuz était sexué fécondateur et fécal tout cela le conduisait à remuer la merde en chacun de nous et c’était jouissif
Tout est propre aujourd’hui les peintures les photos les performances les désirs politiques l’empathie les faces lisses  et convenus les alliances aux marché de l’art passant par toutes les récupérations politiques
Karakuz il existe lorsqu’il rencontre une situation limite – elle lui donne le ton pour s’infiltrer dans les cavités des autres des situations  tellement ordinaires  qu’il réussi à dire et faire dire « merde » aux autres par le seul fait d’être
karakuz c’est notre meilleur ennemi
La résistance est la où l’on ne l’attend pas et on s’époumone sur la toile comme des pantins narcissiques et nous faisons les jeux de ceux que nous craignons
La seule qui agit véritablement c’est une personne  innommée 
C’est la multitude des silencieux
Son  silence d’étrangeté est une angoisse indescriptible pour le monde
Il est étrange que je vois dans la monté des intolérances, de l’obscurantisme  et des pouvoirs totalitaires qui l’accompagnent le sentiment de liberté

Retour aux Fruits Confinés